Directeur général adjoint Brandon Brown, OT Evan Neal, OLB Kayvon Thibodeaux

Directeur général adjoint Brandon Brown

Marron: Bonjour les gars comment ça va? C’est bon de vous rencontrer enfin les gars. Juste rencontrer de nouveaux amis, c’est tout.

Q : Comment équilibrez-vous l’immédiat et l’avenir dans votre poste ?

UN: Je pense que la chose la plus importante, la citation que je retiens toujours, c’est “Bloom là où tu es planté”. Je pense que lorsque les objectifs de votre équipe sont tous atteints, vos objectifs personnels s’y aligneront. C’est ma plus grande chose est d’être un opérateur très efficace dans ce que je fais actuellement – aidez-nous à construire une culture, aidez-nous à transformer l’équipe et à partir de là, tout le reste s’aligne.

Q : Pouvez-vous décrire votre rôle, ce que vous êtes chargé de faire dans ce rôle ?

UN: Le plus grand mot que j’utilise est “solutions de football” où il supervise le département du personnel professionnel, le département de dépistage du collège et aussi juste les freins et contrepoids avec (directeur général) Joe (Schoen) du côté des opérations de football. Donc, pour moi, il s’agit simplement de créer une synergie à travers tous nos départements de soutien et nos principaux départements de dépistage.

Q : Il n’y a pas de directeur du recrutement au collège. Est-ce exact?

Q : Alors, est-ce que cela vous incombe davantage que si vous en aviez un ?

UN: Non. Donc, je pense que lorsque vous regardez n’importe quel département de scoutisme, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise façon de le mettre en place. Je pense qu’avec nous, notre plus grande chose était les gens, le processus, la culture. Nous avons eu un processus d’entretien approfondi et nous aimons ce que nous avons fait ensemble. Entre (le directeur du personnel des joueurs) Tim McDonnell, qui est déjà venu ici, (le directeur adjoint du personnel des joueurs) Dennis Hickey, que nous avons recruté, et (le directeur du dépistage professionnel) Chris Rossetti du côté des pros, nous avons pensé que nous avions le droit chefs de département en place pour obtenir ce que nous devions faire juste d’un point de vue B à Y du processus, processus, processus à travers et aussi simplement mettre en place le processus de dépistage comme nous voulons qu’il soit fait. Donc, il y a différentes façons d’écorcher un chat, et c’est ainsi que nous voulions le mettre ensemble.

Q : À quel point ce qu’on vous demande de faire ici est-il différent de ce qu’on vous demandait peut-être à Philadelphie ?

UN: Il y a beaucoup de report, beaucoup de report. Je pense que la plus grande différence ici est qu’aucun département de scoutisme n’est le même. Donc, je dis que travailler avec Joe sera différent de travailler avec (le directeur général des Philadelphia Eagles) Howie (Roseman) ou tout autre directeur général. Donc, je pense que le simple fait d’être un frein et contrepoids à ce dont il a besoin au quotidien, c’est la plus grande différence.

Q : Était-ce difficile d’entrer dans la division ? Je sais que ce n’est peut-être pas une chose préférée. Par exemple, si vous êtes à Philadelphie, ils ne veulent probablement pas que vous alliez dire aux Giants comment ils fonctionnent. Est-ce délicat?

UN: Non. Je ne dis pas que c’est délicat. Je regarde entre Howie Roseman, (propriétaire des Philadelphia Eagles) Jeffery Lurie, ce sont des gars qui vont être amis pour la vie, quel que soit le football. Je ne pense pas que ce soit quelque chose de difficile au sein de la division. Je pense que nous sommes des concurrents, et peu importe si j’étais en dehors de la division, en dehors de la conférence, ce ne serait pas différent. Ce sont les relations que j’aurai toujours.

Q : À quel point regardez-vous les autres équipes en ce moment pendant le camp d’entraînement ? Parce qu’évidemment dans deux semaines, date limite de dérogation, vous serez assez actif j’imagine. Alors, combien regardez-vous les matchs de pré-saison des autres équipes en ce moment ?

UN: Je suis jusqu’aux genoux dedans en ce moment. Je pense qu’entre l’AFC et la NFC, terminer la première semaine de jeux et évidemment vous avez le Hall of Fame Game, qui vous donne un double plongeon là-bas. Et puis arriver à la deuxième semaine a débuté, vraiment la troisième semaine a débuté hier soir, puis arriver à cette dernière semaine, c’est un processus en constante évolution où chaque pierre doit être (tournée). Vous voulez vous assurer que vous pointez vos « I » en croisant vos « T », qu’il s’agisse d’un besoin de position ou de la création d’une concurrence à tous les niveaux, vous devez savoir ce qu’est le marché. Que nous cherchions ou non, vous devez savoir ce qui existe. Alors, c’est ce que je fais.

Q : C’est comme ça que vous les avez répartis ? AFC, NFC ?

UN: Non, je parle juste de la ligue dans son ensemble.

Q : Ah d’accord. Je ne savais pas si un gars regardait le NFC et un autre regardait le match de l’AFC.

UN: Non. Chris Rossetti, notre directeur professionnel, est vraiment le fer de lance du processus en ce qui concerne l’attribution d’équipes aux dépisteurs professionnels. Et puis, évidemment, vous avez Tim McDonnell, moi-même, Joe également impliqué, étant les meilleurs gars; c’est comme ça qu’on écorche le chat. C’est un processus vraiment collaboratif. Tout le monde a une voix, et c’est la chose la plus importante que Joe nous a vraiment donnée.

Q : À quel point est-il difficile de faire ce que vous faites et de savoir que l’équipe n’a pas d’argent pour vraiment signer des gars qui savent qu’ils pourraient être licenciés.

UN: Je dois faire preuve de créativité. Et c’est le truc, personne ne va se sentir mal pour nous. Donc, la chose la plus importante est que vous devez faire preuve d’une grande créativité, et pendant ce type de situations de pression, je pense que c’est là que le talent monte au sommet en termes d’identification et de savoir simplement quels joueurs et ce qui améliore la liste. Mais c’est là que j’en suis. Je n’ai pas l’impression que c’est quelque chose où tu te sens mal pour toi-même. Vous cherchez constamment, constamment, et vous devez faire preuve de créativité pour assembler le puzzle.

Q : Lorsque vous recherchez des joueurs, que recherchez-vous ?

UN: Le plus important, c’est que les gars sont intelligents, durs, fiables. Quand je dis intelligent, les gars sont instinctifs. Les gars, quels que soient leurs traits physiques, ils ont le son d’affectation. Ils n’ont pas de bustes. Quand je dis dur, les gars qui terminent les jeux; les gars qui concourent dans des équipes spéciales. Lorsque vous parlez de fiabilité, les gars sont disponibles pour vous, un. Des gars qui ont un palmarès connu de ne pas manquer de temps. Les gars – que ce soit l’attaque, la défense, les équipes spéciales – ils répondent à la cloche sur les trois phases ou sur les deux phases, peu importe ce qu’on leur demande de jouer. Donc, c’est la couche de sol. Et puis, évidemment, c’est l’ensemble des compétences, les explosifs, l’athlétisme, la vitesse, la vitesse – toutes les choses – la taille, la longueur, toutes ces choses qui se combinent à partir des outils physiques avec les composants mentaux.

Q : Auriez-vous dit intelligent, dur et fiable l’année dernière, ou est-ce que (l’entraîneur-chef Brian Daboll) a influencé Dabs sur vous ? Ce sont ses trois mots tout le temps. Alors, est-ce que tu t’entendais avec eux ou était-ce quelque chose en quoi tu croyais à la même époque l’année dernière ?

UN: C’était la beauté de venir ici, c’est quelque chose sur lequel Joe, Dabs, moi-même, nous étions alignés. Maintenant, évidemment, vous mettez cela dans une “étiquette” d’alignements intelligents, robustes et fiables. Mais en termes de processus, comment construire une liste, ce sont toutes les choses sur lesquelles nous nous sommes mis d’accord avant même que je vienne ici.

Q : Pourquoi pensez-vous qu’il est important d’avoir un joueur de football intelligent ? Pourquoi est-il important d’être intelligent en matière de football ?

UN: Écoute, tu peux avoir tous les outils physiques que tu veux, mais si tu ne connais pas ta mission, tu ne peux pas aller sur le terrain. Si vous ne connaissez pas votre mission, on ne peut pas vous faire confiance. Je pense que nous parlons d’être intelligent, de connaître vos missions, d’être également capable de réagir rapidement, de comprendre les choses rapidement. Si vous n’êtes pas digne de confiance, vous ne pouvez pas jouer.

Q : Pourquoi pensez-vous que Joe est si synchronisé ? Quelles qualités partagez-vous, mais y a-t-il également une partie de celles-ci que vous ne chevauchez pas et qu’il y a des choses que vous pouvez apprendre de lui qui ne sont peut-être pas nécessairement considérées comme vos forces ou ce que vous considéreriez comme vos forces dans ce poste ?

UN: Je pense que Joe, c’est quelqu’un que j’ai toujours admiré de loin. Nous avons été sur la route ensemble dans le passé, sachant à quel point c’est un travailleur infatigable. Il bat tous les buissons pour obtenir des informations. Il fait un effort supplémentaire en termes d’évaluation des joueurs. Je vois beaucoup de ses traits en moi-même; c’est pourquoi nous avons toujours accepté de ne pas être dans le même bâtiment mais d’être dans la ligue ou d’être sur des appels scolaires ou d’être à des matchs universitaires. Rien que de voir comment l’autre fonctionne, ça a toujours été une admiration de loin. Donc, c’est quelque chose qui m’a attiré vers lui.

Q : Combien de temps allez-vous être sur la route cet automne pour faire du repérage universitaire en direct ? Allez-vous être chaque semaine? Vas-tu aller aux entraînements ? Comment est ce plan de match ?

UN: Ouais, je pense qu’il va y avoir un mélange d’être à la fois dans le bâtiment et sur la route. Premièrement, être dans le bâtiment, c’est connaître la température du bâtiment, à quoi ressemble la liste et aussi connaître le paysage de la ligue actuellement. Et évidemment être sur la route, sachant à quoi ressemblera la prochaine récolte. Donc, je vais équilibrer cela. Chaque semaine sera un peu différente en fonction de nos besoins. Il y aura un équilibre constant entre l’entraînement, les matchs et la présence dans le bâtiment.

Q: Vous étiez évidemment de l’autre côté pendant les cinq dernières années en portant du vert. Qu’avez-vous pensé des Géants ? Ils étaient dans votre division. Vous les battez assez régulièrement. Que pensiez-vous de cette équipe avant de venir ici ?

UN: Je pense que l’histoire de cette franchise est quelque chose que j’ai toujours respecté. Je pense que la plate-forme qui est ici; Si vous êtes un vrai compétiteur, vous voulez être dans les situations les plus exigeantes. C’est ce qu’est cette organisation. Et j’ai toujours eu un grand respect pour la propriété. Et puis savoir que Dabs et Joe étaient là, des gars que je respecte de loin et qui connaissent leur éthique de travail et leur pedigree, ça en a fait quelque chose de très attirant. Et je pense juste qu’il y a beaucoup d’outils en place pour faire de grandes choses ici. Nous devons juste continuer à travailler et continuer à progresser.

Q : Nous vous avons demandé ce que vous recherchiez chez les joueurs, mais le poste de quart-arrière en particulier, je suis sûr que vous allez y réfléchir tout au long du printemps, car vous n’avez pas signé de quart-arrière cette année, n’est-ce pas ? Votre démarreur n’est pas signé depuis cette année. Donc, je me demande ce que vous regardez spécifiquement pour ce poste peut-être en termes de compétences ou de traits physiques ?

UN: Je pense que lorsque vous regardez comment vous allez assembler le quart-arrière, un, c’est de savoir ce que notre système exige. Donc, c’est vraiment obtenir la description du joueur de Dabs, et puis c’est évidemment tous les attributs qui entrent en jeu, que ce soit l’anticipation, que ce soit la force des bras, que ce soit la capacité de jouer en dehors de la poche, la capacité de lancer et de faire des jeux l’horaire. Toutes ces choses entrent dans l’évaluation du joueur et aussi de la personne – ce qu’il est, comment il se prépare, comment il s’entraîne, comment il est perçu dans le bâtiment. Peu importe le quart-arrière, mais toutes les positions, ce sont des choses que nous faisons. Nous obtenons les descriptions des joueurs de l’appelons le personnel d’entraîneurs, et nous sortons faire les courses. Ainsi, quel que soit le quart-arrière, le porteur de ballon, les autres positions, la ligne offensive, la ligne défensive, les corners, il n’y a pas d’approche différente.

Q : Vous travaillez sur une liste de contrôle créée par les entraîneurs ?

UN: Ce n’est pas une liste de contrôle. Vraiment, c’est une approche collaborative. C’est vrai, vous ne coincez pas une cheville carrée dans un trou rond ; c’est ainsi que vous construisez une mauvaise liste. Ce que vous voulez faire, c’est vous assurer qu’il s’agit d’un effort de collaboration basé sur la description du poste et que vous évaluez le talent. Les entraîneurs ne sont pas sur la route; ils ne connaissent pas le marché. C’est pourquoi il s’agit d’un processus collaboratif, et vous obtenez les meilleurs résultats lorsque vous associez les deux éléments entre ce que le système demande, ce que le joueur peut faire, ce qu’est la fin d’un contrat de la première année par rapport à la troisième année dans notre système.

Q: Vous parlez de l’histoire de la franchise, pensez-vous qu’il y a des éléments fondamentaux ici, des joueurs autour desquels vous construisez au fur et à mesure que vous avancez ici?

UN: Je le fais. Je pense que nous avons des pièces fondamentales que nous aimons. Je pense qu’en même temps, nous essayons constamment de créer de la concurrence. C’est là que vous obtenez le fer aiguise le fer, où vous avez à peu près à chaque position ou à la plupart des positions, vous voulez vous assurer que vous avez des gars qui peuvent se pousser, que ce soit à l’avant ou à l’arrière. C’est vraiment comme ça qu’on tire le meilleur des gars, surtout au quotidien. Personne ne devient laxiste. Tout le monde fait aussi toujours des efforts.

Leave a Comment