Une mise à jour de Reactathon – La nouvelle pile

La conférence Reactathon s’est tenue en plein air à San Francisco cette semaine. L’un des faits saillants a été une présentation rapide par Shawn Swyx Wang, poursuivant sa thèse selon laquelle nous sommes dans le troisième âge de JavaScript. Il a commencé à bloguer à ce sujet en 2020, l’année qu’il désigne comme le début du “troisième âge”. Cette année, la troisième année du troisième âge, il a fait le point au Reactathon.

Une mise à jour de Reactathon – La nouvelle pile

Source : Shawn Swyx Wang

L’un des points de Wang était que la génération de côté statique (SSG) est “essentiellement morte” et qu’il existe désormais une “énorme demande de rendu côté serveur”. Il note également un mouvement vers le rendu incrémental, ainsi que le routage des bords. Ce n’est pas par hasard qu’il a souligné que “Next.js gagne si fort” en tant que cadre qui soutient ces tendances.

À plus long terme, Wang prédit une “requalification” loin de JavaScript d’ici la fin des années 2020. Bien qu’il n’ait pas précisé ce qui pourrait remplacer JavaScript, il a fait remarquer que WebAssembly est actuellement “dans son premier âge”.

Il a également commenté qu’un projet “moonshot” pour cette décennie pourrait être de récupérer “le Web ouvert”, qui, selon lui, a pris le pas sur les applications mobiles natives au cours de la dernière décennie.

Vous pouvez voir la présentation complète de Wang par vous-même dans la vidéo ci-dessus de l’événement (il monte sur scène vers 05h30).

Cette semaine en développement

Raisons de ne pas utiliser React

Jack Franklin, un ingénieur de Google, a écrit un article de blog intitulé “Pourquoi je ne manque pas React : une histoire sur l’utilisation de la plate-forme”. La « plate-forme » à laquelle il fait référence est, bien sûr, le navigateur Web. Laissant de côté le fait que Franklin est partial depuis qu’il travaille dans l’équipe Chrome DevTools de Google, il a avancé des arguments convaincants pour “utiliser la plate-forme”.

Un exemple que Franklin note est que vous n’avez plus besoin d’utiliser React pour créer des formulaires. Il dit “c’était une raison justifiable de recourir à React car les navigateurs nous offraient très peu ici au-delà des fonctionnalités primitives”. Cependant, poursuit-il, “sur un projet parallèle récent, j’ai pu utiliser des fonctionnalités 100% natives pour créer mon formulaire avec une expérience utilisateur solide.” Franklin admet que c’était “un peu plus de travail que d’utiliser une bibliothèque de npm qui résume tout cela pour moi”, mais “j’ai pu obtenir le même résultat, en écrivant moi-même quelques lignes de code supplémentaires, mais sans alourdir mon application avec une dépendance supplémentaire.

En conclusion, Franklin reconnaît qu’il est facile pour lui d’abandonner la réaction, car il n’a qu’un seul navigateur à prendre en compte dans son travail. De nombreux autres développeurs doivent assurer la compatibilité entre navigateurs dans leur travail, ce que React aide à réaliser. Pourtant, il espère que nous pourrons tous bientôt « regarder au-delà des frameworks comme point de départ par défaut ».

Pas convaincu? Lisez cette réfutation de William Kennedy et décidez par vous-même (assurez-vous de cliquer sur le lien !) :

Sortie de Babylon.js 5.0

Microsoft a annoncé la dernière version de son moteur 3D basé sur le Web, Babylon.js, qui, selon lui, “inaugure la prochaine génération de technologie de rendu Web pour tous”. Dans ma propre rédaction de Babylon.js, publiée juste avant l’annonce, j’ai noté que cela rend le développement 3D étonnamment simple – j’ai comparé l’outil Babylon Playground à Microsoft FrontPage, mais pour le métaverse.

La nouvelle fonctionnalité la plus impressionnante de la version 5.0 est peut-être sa prise en charge de WebGPU, une norme Web émergente pour la communication Web vers GPU. “Nous participons activement au groupe de travail WebGPU depuis ses débuts et sommes fiers d’annoncer que Babylon.js 5.0 offre un support COMPLET pour WebGPU”, a écrit l’équipe Babylon.js.

Firefox atteint la version 100.0

Le vénérable navigateur open source Firefox a sorti cette semaine sa 100e version, près de 18 ans après le lancement de la 1.0 en novembre 2004.

Alors que la présence continue de Firefox doit être applaudie, ces dernières années, ses capacités et sa portée globale ont été bien inférieures au navigateur open source Chromium de Google. En outre, de nouveaux navigateurs sont apparus avec des fonctionnalités spécifiques qui plaisent aux utilisateurs modernes, comme le navigateur Brave de l’inventeur JavaScript Brendan Eich, un navigateur Web axé sur la crypto-monnaie et la confidentialité, construit sur Chromium.

Le fil Slashdot sur la 100e version est plein de critiques mineures, bien que cet utilisateur ait bien résumé pourquoi il est toujours essentiel que Firefox existe : « Firefox est mon navigateur principal à la fois sur ordinateur et sur mobile. Nous devons avoir un concurrent viable à Chrome pour éviter une monoculture et éviter que Google ne prenne le contrôle total des standards du Web.

Tweet de la semaine

Comment s’adapter au métaverse à venir…

Leave a Comment